Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 07:19
Vendredi, j’avais prévu une mission de supervision sur Bourzanga. C’est la paroisse la plus vaste du diocèse avec 1600 km².
Cette mission de supervision permet de soutenir nos volontaires, rencontrer nos bénéficiaires.
Le plus souvent, nous le faisons lors de la distribution des vivres, seulement avec Bourzanga la distribution des vivres avait lieu samedi… Incompatibilité du calendrier… Nous avons proposé à nos volontaires de les accompagner dans quelques visites. Ils ont trouver l’idée très bonne car, ils ont des bénéficiaires qui ne peuvent venir régulièrement, à cause de la distance : difficulté de trouver un moyen de déplacement (peu de personnes veulent bien leur prêter leur vélo !), fatigue ou mauvaise état de santé, chaleur ou bientôt hivernage… Nous sommes donc allé visiter deux personnes à plus de 20 km de Bourzaga, avec une piste plus adapté au vélo qu’aux voitures… Nous avons d’abord rencontré Yacouba, sa femme s’était absentée. Nos volontaires lui ont donné des conseils nutritionnels. L’homme écoutait. Au début, il ne leur faisait pas trop confiance, mais quand il s’est aperçu que leurs conseils portaient ses fruits, il s’est carrément confier à eux. Peu de personnes connaissent son statut. Pendant qu’on discutait, les femmes de la cour s’étaient précipitées pour piler du petit mil afin de nous préparer du zom kom (boisson à base de petit mil).















Mais nous devions continuer, nous les avons bien remercié, et nous avons repris notre périple… L'autre personne que nous avons rencontré est une jeune femme. Enfin on d’abord rencontré les vieux de la cour, avant de la voir elle. Elle a perdu son mari l’an dernier, la rumeur a couru qu’il était mort du Sida et elle a fait le test, ainsi qu’à son enfant. Ils sont tous les deux positifs. Son enfant a presque 4 ans, et part fièrement au dispensaire chaque mois, car les sœurs du dispensaire lui donne du lait… Ici c’est un peu un luxe !! Pour cette femme, toute sa famille est au courant de la maladie, et personne ne l’a rejetée. On lui a dit de se remarier, de choisir son mari. Elle s’est confié à un jeune homme, qui l’a accepté et qui s’occupe d’elle et de ses enfants (elle a des enfants plus grands qui ne sont pas malades). Quand on partait les vieux sont revenus nous saluer et pour nous remercier de notre visite, nous ont offert une poule, que j’ai ramenée à la maison et qui attend qu’on lui fasse un sort… !
C’était une belle journée de rencontres.

Partager cet article

Repost 0

commentaires