Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 07:43
Norbert Zongo était un journaliste burkinabé engagé (ce qui a de plus engagé). Il aimait enquêté sur des histoires sombres et plus ou moins cachés au public. C'est ça qui le fera être l'ennemi n°1 de l'Etat.
Sa dernière enquête fut à propos de la mort mystérieuse de David Ouedraogo, le chauffeur de François Compaoré, le frère du président burkinabè Blaise Compaoré, Norbert Zongo meurt assassiné le 13 décembre 1998, avec les trois personnes qui l'accompagnaient (Blaise Ilboudo, Ablassé Nikiéma et Ernest Zongo).

Cédant au mécontentement populaire, le président Blaise Compaoré laisse une enquête judiciaire s'ouvrir. En sept ans d'instruction, un seul suspect, un adjudant de la sécurité présidentielle, a été inculpé, mais le témoin l'accusant s'est rétracté au cours d'une confrontation judiciaire.

En août 2000, ce fut au tour de cinq membres de la garde présidentielle d'être inculpés du meurtre de Ouedraogo. Marcel Kafando, Edmond Koama et Ousseini Yaro, également suspectés dans l'affaire Zongo, furent reconnus coupables et condamnés à des peines de prison. Edmond Koama est décédé le 4 janvier 2001.

Le procès Zongo s'est conclu par un non-lieu le 19 juillet 2006 qui a provoqué un tollé international...

Il serait long et compliqué de tout vous raconté sur lui, sans commettre d'erreurs, alors je vous conseille (si vous voulez en savoir plus, et comprendre mieux pourquoi cet homme est devenu une "icone" ici) de vous rendre sur le site du centre de presse Norbert Zongo

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Francoise 05/05/2009 19:04

Ahhh merci ! Maintenant, je sais tout ... sauf qui a tué Norbert Zongo ! ... il faudrait chercher à qui profite le crime, il semble que ce monsieur dérangeait pas mal de "beau" monde ! ...

Péro 05/05/2009 19:21


Tout le monde sait à qui profite le crime, mais personne ne peut le prouver...Enfin, chaque année, à l'anniversaire de la mort de Norbert Zongo, les gens défilent dans les rues. Ils sont passer
devant chez moi à OHG et criaient : "Président assassin"... L'affaire est très obscure, autant peut être que la mort de Sankara. Un jour espérons le nous aurons une réponse, mais c'est mal parti!