Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 11:59

Il n'y a plus besoin de se rendre dans des veillées de prière pour voir le genre de chose qui m'a effarée. Voyez plutôt ce qui s'est passé dans un lycée jeudi matin... "On est en Afrique"...

LYCEE ESPOIR TEGAWENDE A OUGADOUGOU : 30 filles tombent mystérieusement en syncope

lycee-b9ab8.gif

Le jeudi 20 mai 2010, aux environs de 8h, une trentaine d’adolescentes s’évanouissent inexplicablement dans la cour du groupe scolaire Espoir Tegawendé au secteur 30 de Ouagadougou. Evacuées au centre médical du même secteur, les toubibs ne trouveront pas d’explications cliniques à ce mal pour le moins mystérieux. Les malades se plaignaient de maux de tête, de coeur et de difficultés respiratoires. On a recouru aux services de deux pasteurs.

Aux environs de 11h, au lycée Espoir Tegawendé, nous rencontrons des représentants des forces de l’ordre. Ceux-ci nous procurent quelques informations, corroborées avec celles de deux responsables de l’établissement. Elles indiquent que ce jeudi 20 mai 2010 aux environs de 8h, les élèves, toutes des filles, des classes de 5e, 4e et 3e ont commencé subitement à s’évanouir.

Ils ont alors attribué le phénomène à la fumée dégagée par les ordures d’une poubelle auxquelles le gardien a mis le feu. Mais cette hypothèse est battue en brèche par le fait qu’aucun garçon n’avait ce problème et que d’autres élèves ont commencé à tomber à l’extérieur du lycée dont on avait entre-temps fermé les portes. Finalement, les élèves, au nombre de 30 selon les chiffres relevés par l’établissement, se sont évanouies et 16 ont été évacuées au CSPS et au CMA du secteur 30. Au CMA, le constat est désarçonnant. Dans le hall de la salle des urgences, les parents, alertés, étaient debout, accroupis, assis, mais tous inquiets. A l’intérieur, des cris.

Des jeunes filles étalées ou assises, hébétées ou gémissant, criant, s’évanouissant, se tortillant, haletant. Comme en transe. Les infirmiers mobilisés, essayaient de les calmer de leur mieux, visiblement dépassés. Un infirmier, à qui nous demandons ce qui se passe, écarte les bras, en signe d’impuissance : "Les examens cliniques ne révèlent rien. Tout est normal. Pourtant, elles se plaignent d’avoir mal à la tête, au coeur, s’agitent, ont des palpitations, crient. On ne comprend pas." A un moment donné, elles sont toutes calmes. On autorise même certaines à s’en aller. Mais brusquement, l’une d’elles se met à crier. Aussitôt, toute la salle retentit des cris de toutes les adolescentes qui semblaient, l’instant d’avant, calmes. Celles qui étaient sur le chemin de la maison reviennent, dans les bras de leurs parents.

On apprend que deux pasteurs sont présents. Ils sont en pleine séance d’exorcisme. La fondatrice de l’établissement, qui en a suggéré l’idée, s’est refusée à tout commentaire car revenant d’un enterrement à Sabou d’où on l’a alertée. Le médecin-chef des urgences (MCU), Dr Jean-Baptiste Ouédraogo, entre deux crises collectives, peut nous recevoir. Les filles recensées sont au nombre de 28. Il n’y a aucun problème d’ordre clinique et partant, aucune explication scientifique.

Sauf quelques jeunes filles qui sont asthmatiques, les autres n’ont rien. Dr Ouédraogo n’écarte pas l’hypothèse d’une explication d’ordre mystique. "On est en Afrique." Mais le toubib nous apprend que ce n’est pas la première fois que le CMA accueille des cas pareils. En 2009, une dizaine d’élèves du lycée mixte de Goughin et de Wendmanégré ont eu le même problème. Mais le MCU rassure qu’il n’y a, en principe, aucun danger pour les victimes et que cela va passer. En effet, aux environs de 14h, le service des urgences était vide, comme si rien ne s’était passé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Flo 22/05/2010 22:02



il avait un examen non? c'était plus simple de bourrer un chewing gum dans la serrure de la salle...



Péro 24/05/2010 11:13



hihi!!! peut être... parce qu'ils sont en vacances dans quelques jours en plus, peut être que c'étaient "les compositions" de fn d'années...