Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 17:28

Pierre Rabhi était au Burkina la semaine dernière.

L'occasion m'est donc offerte de parler un peu de lui...

Je n'ai pas la prétention de bien le connaitre, mais ayant baigné dans un milieu d'agriculture biologique, et ayant connu par mon village (Vesdun, ça bouge au centre!! hihi), Kokopeli (bio diversité et préservation des semencces), je trouve intéressant de lui consacrer un article...

Pierre Rabhi connait bien le Burkina. en 1981, il y était en tant que "paysan sans frontière"  à la demande du gouvernement et avec le soutien du CRIAD (Centre de relations internationales entre agriculteurs pour le développement), et a fait de nombreux allées et venues jusqu’en 1989.

Il est l’inventeur du concept « Oasis en tous lieux ». Il défend un mode de société plus respectueux des populations et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles respectueuses de l'environnement et préservant les ressources naturelles, l'agroécologie, notamment dans les pays arides[].

Il est venu au Burkina cette fois ci pour rencontrer le premier ministre et lui soumettre un projet d’agroécologie fondé sur la fumure organique. Les engrais chimiques sont produits à base de pétrole, et avec la crise du pétrole, les produits deviennent de plus en plus cher. C’est pourquoi l’agroécologie consiste à amener les populations a travailler la terre sans recourir à l’engrais dérivé du pétrole.

« L’agroécologie permet de produire aussi bien en quantité qu’en qualité. Elle aide en outre à préserver l’environnement et à régénérer les sols afin de transmettre aux générations futures des terres capables de les nourrir » explique-t-il.

Espérons que son message ait été bien entendu au premier ministère, et qu’il soit applicable très vite.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jonathan Turcotte 30/09/2010 07:43



Wow! Tu as eu la chance de rencontrer cet homme formidale!


Je l'admire vraiment, il a un concepte de l'agriculture vraiment intéressant, et propose des pratique qui sont idéales pour le Burkina. Facile à mettre en pratique et peu exigeantes en coût,
c'est donc facile pour les paysans de les mettres en pratique... Seulement, le message doit se rendre à leurs oreilles... C'est malheureusement un facteur limitant du progrès dans ce cas :(


J'aurais adoré rencontrer cet homme.


bonne journée,


Jonathan



Péro 30/09/2010 10:04



je ne l'ai pas rencontré! il est venu rencontrer le premier ministre Tertius Zongo!