Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 18:22

Arte reportage en partenariat avec TV5 monde, propose sur le net une série de reportage dans les pays qui fête leur indépendance cette année.

Le Burkina en fait partie, et a comme guide pour "une journée à Ouaga" Aminata Diallo Glez, très connu ici sous le nom de Kadi Joli, le nom d'un de ses personnages (qui l'a rendu célèbre). Elle est aussi et surtout cinéaste et productrice, et elle nous emmène dans différents endroits et univers pour faire connaitre la capitale du Burkina.

A vous de choisir là ou vous voulez aller dans Ouaga : vous avez neuf destinations possibles : une école bilingue, découvrir le siège d'un journal satyrique (le journal du jeudi), aller à la rencontre de miss pog bedre, aller sur le tournage d'un documentaire, rencontre sur l'avenue de l'indépendance, découvrir l'ambiance d'un maquis, aller au ciné, au théatre, rencontrer un entrepreneur qui recycle le plastique. Chaque lieu donne lieu à un petit reportage de quelques minutes.

J'ai bien apprécié le reportage (malgré des difficultés pour le suivre à cause de ma connexion). C'est très simple, souriant, interessant, et vous reconnaitrez plusieurs choses que vous avez déjà vu sur ce blog. A défaut de pouvoir moi même faire ce genre de documetaire, je vous conseille d'aller voir ce que donne la vie ouagalaise...


Arte reportage à propos de ces documents : "Ceci n'est pas un web documentaire, mais une invitation au voyage (...) une journée de découverte (...) un cliché sans clichés...!"


Alors si ça vous dit suivez ce lien : "Une journée à Ouagadougou"

Repost 0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 11:59

Après avoir parlé du coton OGm, parlons enfin des bonnes choses, et donc de la promotion du coton bio au Burkina. Si si certains préfèrent quand meme produire du coton bio que du coton Bt...

Une aubaine pour eux et pour une grande firme de lingeries américaine. En effet la marque Victoria's secret a sorti toute une gamme de sous vêtement et T-shirt "Burkina fashion" tout en coton bio burkinabé!! PAs de chance vous ne pourrez pas les trouver en France...

Le choix s'est porté sur le coton burkinabé grâce à une américaine conseillère à la présidence du Faso.

Cette société a choisi le coton bio pour s'inscrire dans le cadre de la lutte contre la destruction de l’environnement en encourageant la culture de l’or blanc sans produits chimiques.

Il y a un autre atout qui a milité pour le choix de l’or blanc du Faso. Non seulement, on n’a pas utilisé des engrais chimiques et des pesticides mais aussi on n’a pas non plus fait recours à l’irrigation . L’irrigation du coton provoque l’assèchement de certains cours d’eau. C’est le cas du lac le plus important d’Ouzbékistan qui connait un assèchement inquiétant. Pourtant, l’eau est de plus en plus un souci majeur pour les gouvernements mais aussi les citoyens.70% des producteurs de coton bio du Burkina sont des femmes. Victoria’s Secret, ce fleuron branché de l’économie américaine ne fait des produits que pour des femmes. C’est une autre raison qui explique le choix du coton burkinabè.

Voilà une opportunité qui convaincra peut être les producteurs de coton Bt à se tourner vers des cultures bio...


Pour lire l'article sur ce sujet... c'est par ici

Repost 0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 16:21

Non pas une nuit à danser la macarena, mais une nuit à jouer au Maracaña !

Samedi soir à l’université, une association avait organisé une nuit de Maracaña.

Le maracana, d’origine brésilienne, c’est du foot en petit nombre sur un petit terrain avec de petits buts ! (cf définition trouvé à grande peine sur le net : MAracana soccer ou foot à 6 : est un sport d'équipe qui se joue par équipe de 6 (six) joueurs, sans gardien de but, sur un terrain de handball, avec un ballon de football.Et bien sûr, avec des règles particulières qui allient tactique, technique et adresse... (Pas forcement physique).
... Des règles particulières qui tiennent compte de toutes les caractéristiques d'un terrain de handball (dimensions, tracés, zones et poteaux)... Toutes... sauf les tracés et zones dits des 9 mètres...)

C’est très populaire, ce meme soir il y avait une autre nuit de maracana sur un terrain voisin.

Pourquoi "nuit"? parce que le tournois se déroulera toute la nuit, avec la finale au petit matin.

En ce qui nous concerne, il y avait 9 équipes. Le tournois a commencé un peu en retard, environ deux heures (j'ai l'habitude maintenant je ne me presse plus, et on est parti là bas une heure après l'heure à laquelle ça devait commencé...). Chaque match dure 20 min (deux périodes de 20 min avec quelques min de temps de récupération entre les deux aux goûts de l'arbitre...). CE qui fait que notre nuit du maracana c'est terminé par une très belle finale vers 4h30!

Adama y a participé avec ses "éléménts" mais n'ont pas eu la chance de participer aux demi finale. Dans leur poule, ils avaient les deux finalistes.

On a bien rigolé, on a vu du beau jeu, beaucoup de mauvais joueurs aussi, des supporters à fonds dans les matchs, des arbitres de avec une branche d'accacia comme drapeau. Heureusement, ils ont pu tous tenir grâce aux nombreuses tasses de N..café distribuées (pas de marque... hihi) cette nuit là.


Repost 0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 05:33
Repost 0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 18:11

Eh oui, pour tout ceux qui avaient peur de ne plus pouvoir m'appeler et m'harceler au téléphone, rester tranquille, mon opérateur a fait le necessaire. C'est ce qu'on a appris hier soir, Celtel (Zain) a payé ou au moins trouvé un accord avec l'Etat.

Vous voilà rassurez hein!!


Mais la galère continue pour les abonnés de TELECEL, et l'épée de Damoclès est au dessus de tous les utilisateurs de Telmob. Ces personnes devraient être fixées en début de semaines prochaines! En attendant c'est surement Zain qui va faire du profit en vendant de nouvelles puces. Ce réseau considéré comme le plus cher (en tarif de communication), va finalement peut être voir revenir d'anciens abonnés!

En attendant, la ligue des consommateurs du Burkina appelle l'opérateur et l'Etat à prendre leurs responsabilités face aux importants dommages subit par les utilisateurs!


Voilà, avis à tout le monde, je suis et resterai joignable jusqu'en 2020!!

Repost 0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 12:14

Au Burkina ils sont trois : TELECEL, ZAIN et TELMOB à se partager le terrain, Chacun à sa spécificité, lui est moins cher, celui ci couvre plus de territoire.

Hier matin, les abonnés de TELECEL ont été surpris de ne plus pouvoir recevoir et d'emmettre d'appel. Il n'y avait plus de tonalité... Le journal de ce matin titrait : "Telecel Faso : Votre opérateur est présentement inaccessible… Veuillez attendre qu’il paye ses redevances".

Eh oui, en effet, c'est pour renouvellement leur licence d'exploitation que l'opérateur doit débourser 26 milliards et des poussières.

"« Par décret n°2010-215/PRES/PM/MEF/MPTIC du 30 avril 2010 portant fixation des modalités d’acquisition des licences de réseaux fixe, mobile et d’Internet, le gouvernement a fixé les modalités relatives à l’acquisition des nouvelles licences. La redevance de renouvellement a été fixée par le même décret à la valeur de 26 330 270 000 FCFA. En rappel, les autorisations attribuées par le gouvernement au mois de mai 2000 arrivent à expiration aux dates suivantes :
- Telecel Faso : le 24 mai 2010 ;
- Celtel Burkina Faso : le 29 mai 2010."


Télécel n'ayant pas réglé à temps s'est vu susprendre son réseau. Un autre devrait suivre si les tractations n'ont pas aboutis d'ici là. Le troisième réseau vient d'être privatisé et sa licence courrait jusqu'en 2016, mais ne comtant que pour la téléphonie mobile, devait être renouveller en meme temps que les autres pour se mettre à jour avec leur nouvelles dispositions pour internet. Pour eux, encore du suspens, l'Etat doit statuer.


En attendant, ce sont les consommateurs, et ils sont nombreux, de TELECEL qui sont pris au piège... Certains perdent gros. En espérant que le réseau reprennent, les abonnés espèrent aussi que la société fera un geste commercial!!

Moi, avec ma puce Zain (CEltel Burkina Faso), je surveille attentivement les nouvelles. Il ne faudrait pas qui'l coupe mon réseau au moment ou un employeur quelconque veuille me joindre, ce serait ballot! (à compter que celui ci ne soit pas sur TELECEL... ça ferait une bonne blague belge tout ça!).

Affaire à suivre...

Repost 0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 11:21

Aujourd'hui dans le journal, je m'aperçois que les journalistes sont aussi septiques que moi sur ces transes, et évanouissement dans les lycées...

Ils sont allés rencontré un parapsychologue qui apporte une réponse qui m'a laissé sur ma faim mais c'est déjà ça. Voyez plutôt :

Au Burkina, le phénomène des filles qui tombent en transe collective dans les lycées et collèges prend une ampleur inquiétante. Pour preuve, après des filles d’autres établissements scolaires de la capitale et de villes intérieures du pays, comme Dédougou ou Banfora, 28 filles du lycée Espoir Tégawendé de Ouagadougou ont été victimes de ce malaise massif, ce lundi 20 mai 2010.Pour en savoir un peu plus sur les origines possibles de ce mal, Fasozine.com a rencontré Roch Armel Bakyono, parapsychologue de son état, expert, économiste et directeur général du cabinet CECRAB.

Fasozine.com : Dans les établissements scolaires, les filles sont régulièrement emparées de transes collectives. En tant que parapsychologue, quelle interprétation faites-vous de ce phénomène, qui devient récurrent et donc inquiétant ?

Roch Armel Bakyono : En réalité cela est dû, à mon sens, à un phénomène émotionnel. Lorsqu’une première personne tombe en transe les autres suivent après. C’est la première personne qui influence les autres. Cette transe peut être due aussi à une peur. Lorsque dans un groupe donné une personne est fortement influencée par une forte émotion, cette émotion pénètre dans son subconscient et la fait basculer dans une transe. D’autres personnes étant aux alentours peuvent être influencées par l’état de la personne en transe, d’où la naissance d’une transe collective.

Y a-t-il des dispositions à prendre pour prévenir ce phénomène atypique ?

Oui, c’est la culture. Il faut se connaître. Il faut être capable de relativité. On n’a constaté que la plupart des femmes sont influençables parce que plus émotionnelles. Il faut apprendre justement à cultiver son for intérieur et à le renforcer par des informations d’origines diverses. C’est parce que les gens ne sont pas suffisamment informées qu’elles basculent immédiatement dans la transe. Il faut savoir ce qu’est une transe. C’est dû à des émotions. Une personne fortement touchée par une émotion peut basculer dans la transe et entrainer les autres avec elle.

Ce sont donc les filles qui sont le plus exposées à ce phénomène ?

La femme est dotée de ce qu’on appelle en psychologie l’animus. Cela veut dire que la femme est plus émotive que l’homme. Et lorsqu’ une peur ou un phénomène qui dérange touche son « ça », c’est-à-dire la partie la plus basse de son esprit, cela peut l’amener à basculer dans la transe, transe qui peut toucher les autres femmes, étant donné qu’elles sont également très émotives.

Partagez- vous le point de vue de ceux qui pensent aussi que le stress des examens de fin d’année peut expliquer ces transes collectives des jeunes filles ?

C’est possible. Ce stress des examens engendre la peur et celle-ci peut provoquer à son tour, ce phénomène.

Quid des mauvais esprits, des sorciers, envouteurs et autres entités invisibles ?

Ils existent, mais dans ce cas précis je ne pense pas qu’ils soient responsables de ce phénomène. On peut rencontrer les transes partout dans les églises, en prières, etc. C’est vrai qu’il y a des esprits possesseurs et l’esprit peut prendre possession du « moi » d’une personne et la faire basculer dans la transe. On voit cela dans le vaudou. Mais dans ces cas précis, je ne pense pas que les transes soient dues aux esprits. Tout au plus, c’est la peur liée aux examens, et c’est toujours la première à tomber en transe qui entraine les autres.

En tant que parapsychologue, allez-vous approfondir vos investigations pour mieux éclairer l’opinion sur ce phénomène on ne peut plus récurrent ?

(Rires) Je verrai.

Fasozine

Repost 0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 07:26
Salfo IMG 7065

Jadis un homme fit un champ dans la brousse. Quand le mil fut mûr, tous les jours les éléphants venaient le manger et l'abîmer.
L'homme ne sachant pas qui faisait cela résolut d'attendre un jour avec son sabre et de tuer qui viendrait. Il alla dans son champ et monta sur un arbre. Vers minuit deux éléphants survinrent.
L'un dit: " Je sens quelque chose ici. "
L'autre répondit: " Tu es un menteur, il n'y a rien. " Un moment après il sentit quelque chose et dit: " Ah oui! C'est vrai! Tu avais raison. "
Ils regardèrent dans l'arbre et y virent l'homme. Ils l'attrapèrent donc avec leurs trompes et le descendirent. " Qu'est-ce que tu fais ici?
- Tous les jours, on venait abîmer mon mil. Je me suis mis là pour savoir qui c'était, mais si j'avais su que c'était vous, les éléphants, je ne serais certainement pas venus. "
Les éléphant, flattés, lui dirent: " Ta réponse nous plaît. Demande-nous ce que tu veux. Nous te le donnerons. "
Alors l'homme dit: " Je n'ai besoin de rien pour moi, mais ma femme, chaque fois qu'elle a un enfant, le voit mourir. Je voudrais bien que cela n'arrive plus.
- Très bie, dit l'éléphant,je vais te donner un remède pour cela? "
Il lui donna une chaîne en fer et lui dit: " Quand tu iras chez toi, frappe la tête de ta femme avec cette chaîne. La chaîne disparaîtra alors. Et, si ta femme a un enfant ensuite, il ne mourra plus. "
L'homme revint chez lui, frappa la tête de sa femme avec la chaîne et la chaîne disparut. La femme eut ensuite un enfant. Le jour où elle accoucha, on trouva la chaîne en fer au cou de l'enfant. Clui-ci survécut.
Depuis cette époque, les femmes cherchent les remèdes pour mettre au cou de leurs enfants pour qu'ils ne meurent pas.

Salomée et Salomène

Vous aurez remarquez que sur mes zolies photos tous les enfants ont un p'tit collier. Le p'tit collier en perles blanches est très très commun! Mais on peut en voir avec des toutes petites "bourses" en peau etc...

Repost 0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 11:59

Il n'y a plus besoin de se rendre dans des veillées de prière pour voir le genre de chose qui m'a effarée. Voyez plutôt ce qui s'est passé dans un lycée jeudi matin... "On est en Afrique"...

LYCEE ESPOIR TEGAWENDE A OUGADOUGOU : 30 filles tombent mystérieusement en syncope

lycee-b9ab8.gif

Le jeudi 20 mai 2010, aux environs de 8h, une trentaine d’adolescentes s’évanouissent inexplicablement dans la cour du groupe scolaire Espoir Tegawendé au secteur 30 de Ouagadougou. Evacuées au centre médical du même secteur, les toubibs ne trouveront pas d’explications cliniques à ce mal pour le moins mystérieux. Les malades se plaignaient de maux de tête, de coeur et de difficultés respiratoires. On a recouru aux services de deux pasteurs.

Aux environs de 11h, au lycée Espoir Tegawendé, nous rencontrons des représentants des forces de l’ordre. Ceux-ci nous procurent quelques informations, corroborées avec celles de deux responsables de l’établissement. Elles indiquent que ce jeudi 20 mai 2010 aux environs de 8h, les élèves, toutes des filles, des classes de 5e, 4e et 3e ont commencé subitement à s’évanouir.

Ils ont alors attribué le phénomène à la fumée dégagée par les ordures d’une poubelle auxquelles le gardien a mis le feu. Mais cette hypothèse est battue en brèche par le fait qu’aucun garçon n’avait ce problème et que d’autres élèves ont commencé à tomber à l’extérieur du lycée dont on avait entre-temps fermé les portes. Finalement, les élèves, au nombre de 30 selon les chiffres relevés par l’établissement, se sont évanouies et 16 ont été évacuées au CSPS et au CMA du secteur 30. Au CMA, le constat est désarçonnant. Dans le hall de la salle des urgences, les parents, alertés, étaient debout, accroupis, assis, mais tous inquiets. A l’intérieur, des cris.

Des jeunes filles étalées ou assises, hébétées ou gémissant, criant, s’évanouissant, se tortillant, haletant. Comme en transe. Les infirmiers mobilisés, essayaient de les calmer de leur mieux, visiblement dépassés. Un infirmier, à qui nous demandons ce qui se passe, écarte les bras, en signe d’impuissance : "Les examens cliniques ne révèlent rien. Tout est normal. Pourtant, elles se plaignent d’avoir mal à la tête, au coeur, s’agitent, ont des palpitations, crient. On ne comprend pas." A un moment donné, elles sont toutes calmes. On autorise même certaines à s’en aller. Mais brusquement, l’une d’elles se met à crier. Aussitôt, toute la salle retentit des cris de toutes les adolescentes qui semblaient, l’instant d’avant, calmes. Celles qui étaient sur le chemin de la maison reviennent, dans les bras de leurs parents.

On apprend que deux pasteurs sont présents. Ils sont en pleine séance d’exorcisme. La fondatrice de l’établissement, qui en a suggéré l’idée, s’est refusée à tout commentaire car revenant d’un enterrement à Sabou d’où on l’a alertée. Le médecin-chef des urgences (MCU), Dr Jean-Baptiste Ouédraogo, entre deux crises collectives, peut nous recevoir. Les filles recensées sont au nombre de 28. Il n’y a aucun problème d’ordre clinique et partant, aucune explication scientifique.

Sauf quelques jeunes filles qui sont asthmatiques, les autres n’ont rien. Dr Ouédraogo n’écarte pas l’hypothèse d’une explication d’ordre mystique. "On est en Afrique." Mais le toubib nous apprend que ce n’est pas la première fois que le CMA accueille des cas pareils. En 2009, une dizaine d’élèves du lycée mixte de Goughin et de Wendmanégré ont eu le même problème. Mais le MCU rassure qu’il n’y a, en principe, aucun danger pour les victimes et que cela va passer. En effet, aux environs de 14h, le service des urgences était vide, comme si rien ne s’était passé.

Repost 0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 18:46

En ce moment, l’actu perso n’est pas très prolifique ! Pas le temps de faire grand chose!!

Les journées s’enchainent à une vitesse faramineuse. Le service ou je travaille y est un peu pour quelques choses car les journées de travail commencent à 7h30 jusqu’à 18h, je ne reviens jamais à la maison à la descente car il fait trop chaud, c’est dépensé de l’énergie du temps et de l’argent pour rien… surtout quand on a la clim au service. Les samedis aussi on travaille jusqu’à 13h, ce qui fait que les week end sont trop court pour faire tout ce qu’on voudrait.

Les soirées sont souvent occupées à monter les dossiers de candidatures à divers postes.

Et tout cela se fait dans une chaleur insoutenable, parfois crevée par une ondée (on ne dira pas encore pluie car la pluie se fait légère ces derniers jours). Cette pluie est bienvenue au moment ou elle tombe, mais quelques heures après, la vapeur d’eau qui sort de la terre brulante, rend l’air étouffant. D'ailleurs le vent s'st encore levé ce soir. Il ne pleuvra surement pas sur ma tête, mais surement dans un coin dans la grande commune de Ouaga!

Repost 0