Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 10:39

A l’extérieur et en retrait du marché couvert, on trouve une grande place surmontée en partie par un hangar. C’est le marché aux légumes.

Contrairement à l’autre, il n’a pas d’heures d’ouverture, ni de fermeture. A la tombée de la nuit on peut trouver quelques femmes qui vendent encore leurs marchandises.

 On y trouve tous les légumes de saison, les feuilles, les épices, et sur une extrémité on trouve même des savons artisanales et teintures.

Marché haut en couleur et fort en odeur...

Sylvette 3 036 sylvette5 011

27-01-Au-marche-des-legumes--4-.jpg 27-01-Au-marche-des-legumes--6-.jpg

Repost 0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 07:08

Ici le marché est généralement divisé en deux. Un marché pour les fruits et légumes et un marché « couvert » ou en « dur » pour les autres marchandises : habits, tissus, chaussures, produits de beauté, produits non périssable, pharmacopée etc…

Le marché couvert de Ouahigouya est agencé autour d’allées parallèle et perpendiculaire Sylvette-1-078.jpgavec un grand couloir au milieu. On trouve la boucherie d’un côté, un peu à part, et en général le marché est classé selon les marchandises : un secteur ou on trouvera les céréales, un ou on trouvera les fripes, les produits de beauté, un autre ou on trouvera les médecines traditionnelles etc…

LE marché est fermé on ne peut rentrer qu’à pieds, à l’extérieur, tout autour on trouve des parking surveillés. Depuis l’année dernière tout le tour du marché à été goudronné !

Le marché possède les mêmes ouvertures que les heures de services et est fermé le vendredi après midi (à partir de la grande prière du vendredi), mais est ouvert le dimanche !

Sylvette-1-079.jpg

Sylvette-1-084.jpg

Repost 0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 07:47

Je vous avais promis de mettre une photo de moi en circulation!

Grâce à maman j'ai encore mieux!! Une p'tite vidéo, bon c'est vrai que je suis pas spécialement en circulation, mais ainsi vous avez un aperçu de mon 6m!

Repost 0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 12:38

Sylvette et Maman on eu l’occasion de se rendre à Soumiaga (maman connaissait déjà le site) pour aller visiter le site des tombes royales (des rois du Yatenga). Le site a beaucoup changé car a été amenagé pour devenir site touristique. La première fois ou nous y étions allé avec Adama, ce n’était juste un coin du village ou les gens ne pouvait passer, ou il y avait quelques tombes et des caillou représentant les tombes des plus anciens rois.

 

Maintenant, le site est cloturé, signalé, et les tombes comportent toutes une petite pancarte indiquant le nom du roi et les dates de son règne !mich-015.jpg

En sortant de ce lieu hautement symbolique (étant le lieu de l’intronisation du roi), ils sont « tombés » sur un centre de formation pour ls jeunes ruraux, et ont visité le cours de tissage.

En rentrant à Ouahigouya, Adama voulait leur faire rencontrer le roi, le Naaba Kiba. En arrivant au palais royal, ils sont tombés sur la fin des cérémonies de Napoussoum (de salutations au roi). En effet les chefs des différents villages, cantons, viennent chaque année saluer le roi, et ce avec des groupes de musiques qui chantent les louanges au roi !

mich-046.jpgmich-051.jpg

 

Repost 0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 16:36

En dehors de toutes ces sorties, visites et rencontres, ont a passé pas mal de temps à la maison aussi. Cette année, toutes les commodités sont réunies, la cour unique permet d'être à l'aise sur la terrasse.

Mais qu'est ce qu'on a pu faire à la maison?

29-01 petite soirée carte! (1)

jouer aux cartes michele-2-210.jpg naviguer sur le net, transferer les photos

michele-2-208.jpg et surtout bien manger... :D

Repost 0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 10:37

Ici, chaque burkinabé est originaire d’un village, son nom de famille permet souvent d’avoir une idée sur son village d’origine. Et quand on lui demande d’où il est, ce burkinabé donnera le nom du village d’où est originaire sa famille même si lui-même ne le connais pas !

Ainsi, il y a toujours de la famille au village, qu’on ne rencontre que très rarement lors de grande occasion, à moins d’aller à leur rencontre. C’est ce que nous avons fait ce dimanche, nous sommes allées à la recherche (enfin presque) des familles maternelles et paternelles d’Adama.

Ensemble nous avions été en Aout 2008 chez ses grands parents maternelles, ils nous presque assez faciles de retrouver la concession isolée dans la brousse non loin d’un joli barrage.

Accueillis sous un apatam autour du grand père (aveugle) toute la famille est sortit nous salués et s’asseoir avec nous sous l’apatam le temps que l’on salue les vieux, que l’on prenne rapidement des nouvelles de la famille et que l’on nous offre le zom kom.

30-01 Zom Kom (4)

Après ça, Adama a continué a donné des nouvelles de tous les mondes au vieux, pendant que la vieille allait chercher ses affaires pour nous faire une démonstration du filage du coton.

Ce fut un moment fort agréable, loin de tout, partageant de moments simples de joie.

Mais toute bonne chose à une fin, nous avons repris la route avec quelques présents. Enfin quand je dis nous avons repris la route, je voulais plutôt dire la piste, et de fut un jeu de piste (sans balises) qui nous amena à la concession paternelle (non loin de notre premier arrêt, environ une 30 de km).

Là aussi on surpris les gens, mais on trouva tout le monde, le patriarche était là, avec ses femmes et une partie de ses enfants. Il y avait aussi la doyenne de la famille qui doit avoir plus d’une 100aine d’année (estimé à 106 ans), qui nous a saluer pour ensuite se mettre à l’écart et nous observés pendant que l’on saluait le vieux.

Cette vieille femme nous observait des ses yeux coquins, et s’amusait à nous regarder comme le font les enfants, qui ici ne nous ont pas trop approchés, un peu craintifs !

Nous avons passé à nouveau un moment paisible à l’ombre alors que le soleil était au zénith.

Puis nous avons du demander la route (plusieurs fois comme de coutume), et nous avons rattrapé Boussé, sur le goudron, à quelques kms seulement de Ouaga. Le temps d’une halte déjeuner (c’était plutôt l’heure du gouter) de viande de chèvre grillées, et nous avons repris la route de Ouahigouya.

30-01-En-direction-du-village-paternel--Kiu--8-.JPG

Ces villages traversés n’avaient rien de comparables avec celui visité le vendredi, le paysage non plus, le nord est vraiment plus désertique tandis que les alentours de Ouaga sont plus vert et plus vallonnés, et peuplés majoritairement de mossi alors que le nord est plus mélangés avec des peulhs, des dogons etc…

Repost 0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 07:56

Nous avions un programme assez chargé aujourd’hui.

sylvette5 011

Profitant de mon jour de repos, nous sommes partit à la recherche de tissus au marché. Ce fut finalement assez rapide car Sylvette avait une exigence bien en tête, que nous avons pu combler, Maman s’est aussi laissé tenté par un p’tit tissus.

Bien contentes de nos achats nous sommes partit pour notre rendez vous à l’Ecole Pella. Au cours de la semaine, nous avions discuté avec le conseiller Xavier qui s’occupe de l’école Pella (école des enfants sourds), il nous avait invité à une séance d’échange entre instituteurs le samedi matin. Un groupe d’enseignants avaient émis l’envie de voir comment on faisait la classe à des enfants sourds. Donc une séance avait été organisé et nous avons pu y assisté, ce fut très enrichissant.

Après notre intermède scolaire, nous avons suivi Xavier dans le jardin de l’internat de l’école ou les enfants passent une partie de leur temps libre à entretenir les plantes qui approvisionnera leur garde mangé. Ils étaient fiers de nous accueillir sur leur lieu de travail. Nous leur avons promis de passer les voir l’après midi à l’internat, l’occasion de les rencontrer tous (les grands seulement s’occupent du maraichage avec l’aide du gardien de l’internat).

Ainsi il était déjà l’heure de déjeuner. Le fameux coq ramené de Pétésiro nous fit un superbe déjeuner, concocter par le cordon bleu de la maison… (ce n’est pas moi !)

pero1-022.jpg

L’après midi déjà bien avancé (le fameux coq était un vieux coq dur à cuir !), nous sommes allés voir les enfants à l’internat. Ils nous ont montrés leur lieu de vie superbement bien tenu, on s’est assis ensemble et le gardien de la maison (qui est comme leur « éducateur ») nous a apporté des précisions. Ils sont une vingtaine à dormir sur place, mais à midi ils viennent tous mangé ensemble à la maison.

Ensuite nous sommes allés rendre une courte visite à une de mes amies, pour finir chez la couturière pour prendre les mesures de Sylvette et Maman qui avaient décidé de se faire coudre une robe avec le tissu acheter le matin !

La soirée fut tranquille, autour d’une bonne parti de carte, et un bon dodo pour affronter la journée découverte de dimanche !!

 

Repost 0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 07:43

IMGP3521 Le vendredi, on a pris la route tôt en direction du Mali. La destination connue était Thiou, une des paroisses ou le projet s’étend.

Grâce à la bonne vision de notre chauffeur, on a fait une petite escale en route près d’une mare ou se prélassait un gros crocodile !! Celui-ci on ne s’est pas amusé à l’approcher (encore moins d’avoir l’envie de s’asseoir dessus !).

 

A Thiou, il y a un prieuré des frères des campagnes qui accueillait au moment de notre passage un frère de la communauté de Chateaumeillant (ma paroisse d’origine !). Donc la visite était sympa ! Maman lui avait amené son courrier…

Comme on était arrivé tôt on est partit faire le tour du petit marché de Thiou : étal de viande, arachide, condiments, vêtements, calebasses…

Entre temps, le propriétaire de la maison ou nous habitons à Ohg (originaire d’un village près de Thiou) nous a rejoint, nous permettant ainsi d’être tranquille sur le marché. Ainsi nous avons pu prolongé la promenade jusqu’au bord du barrage de Thiou (je viens à Thiou depuis un bon moment maintenant et je ne savais pas qu’il y avait un grand barrage). On a même pu y apercevoir des crocodiles  (c’était la journée croco !).

On a découvert les coins de maraichages qui le bordait.

A midi on a partagé le repas avec les frères, puis nous avons pris la route en direction d’un petit village (village de notre « bailleur »), Pétésiro.

Un grand moment !!!!

Le village est constitué de plusieurs grandes concessions (une par grande famille). Celle de notre bailleur est un vrai labyrinthe dans lequel on a pu se faufiler et rencontrer toute la famille suivi par les enfants (et adultes de la concession).

IMGP3570 On a rencontré d’abord le grand père, ancien combattant, qui se souvenait de quelques mots en français, puis nous sommes allés saluer le père dans sa maison qui préparait des écorces afin de faire un médicament.

Nous avons suivi Boureima (notre bailleur) à travers les petits passages menant d’une famille (nucléaire) à l’autre. Nous sommes allés voir ses frères qui cherchaient de l’or dans des gros tas de boues.

Il nous a ensuite installés dans sa maison pour boire l’eau de mil (le zom kom), l’eau de l’étranger. On a fait connaissance avec sa femme et ses enfants.

Les gens de la cour nous ont offert un coq énorme !

On s’est promené très tranquillement dans la concession, très à l’aise grâce à Boureima, on a pu posé des questions, prendre des photos, plaisantés avec les femmes, les vieilles, faire peur à quelques enfants, en amuser d’autres en prenant des photos des bœufs, du mil.

IMGP3562.JPG

On a eu la chance de croiser la maman de Boureima qui rentrait des champs quand nous nous apprêtions à partir, elle nous a montré ce qu’elle avait ramené, des petits fruits que l’on suce (connait pas le nom…), et des feuilles pour la sauce.

Vous imaginez qu’il est difficile de raconter l’ambiance qu’il régnait et l’état d’esprit dans lequel on était quand on est partit de là !

Ce fut un grand moment dans le séjour de maman et Sylvette !!

Repost 0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 15:23

2eme jour : Cette journée a commencé par une promenade dans toutes les banques de Ouaga pour en trouver une qui veuille bien échanger les travellers chèques et qui n’ai pas une panne de connexion…

On a finit dans une banque sur les « champs Elysées » de Ouaga (avenue Kwamé Kruhma), et après une heure et quart de patience on a enfin pu se rendre à la gare de bus afin de continuer le voyage sur Ouahigouya.

Michele-1-130.jpg

 

Après un peu plus de deux heures de route nous sommes arrivées à la nuit tombante à Ohg ou la fraicheur avait laissée la place ce soir là à une douce chaleur bien agréable.

Enfin à la maison, elles ont pu décharger le ravitaillement !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Quel régal !!

pero-659.jpg

 

Les jours qui ont suivis ont été consacré à la visite de la ville : marché, boutique artisanale, marché au bétail, barrage, rencontre avec nos amis, nos voisins, ainsi qu’aux bonnes recettes d’Adama !!

Repost 0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 14:44

On est enfin de retour à Ouahigouya après une semaine à Ouaga ou j’avais un colloque (récit à suivre). On a retrouvé la maison vide du passage de maman et Sylvette, il ne reste que quelques « vestiges » !

On a aussi et surtout retrouvé une connexion illimitée, qui me permet de pouvoir vous relater dans les moindres détails le séjour de « nos mamans » !!

Elles sont donc arrivées le 22 janvier au soir après un très long voyage agrémenté de quelques heures de retard !

Passons sur l’accueil à l’aéroport ou il y a une p’tite méprise, Sylvette a salué un inconnu qu’elle avait pris pour Adama (si vous voulez vraiment je vous raconterai plus en détails ce petit passage humoristique du séjour), passons aussi le fait qu’à l’hôtel (centre d’hébergement catholique) on est bien fait la réservation (préciser qu’on arriverai de nuit) mais qu’on ai pas laisser les clés avec le gardien comme convenu et qu’il a fallu qu’ Adama réveille les sœurs en pleine nuit !!, la première nuit fut quand même savourez après de joyeuses retrouvailles.

Le premier jour a été consacré aux visites dans la grande famille d’Adama : première confrontation pour nos mamans à l’accueil burkinabé !

Exemple à l’appui : Nous sommes arrivés vers 13h chez l’oncle d’Adama, ils étaient en train de manger. Après nous avoir accueilli et fait asseoir ils nous ont servi à manger, du meme repas qu’ils étaient en train de partager en famille. Après un moment de gêne, elles ont fait honneur au riz sauce arachide !!

Michele-1-051.jpg

En une journée, elles ont rencontré une grande majorité de la famille (en tous cas de ceux que je connais moi-même), ce fut une longue journée, et le sommeil ne fut pas difficile à avoir ce soir là.

 

Repost 0