Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 15:44

Le projet prend fin en septembre... LA saison des pluies handicapant les déplacement en cette période nous avons opter pour rassembler les deux missions nécessaire (juillet et septembre) en une seule!!

Demain commence donc pour 4 jours a dernière tournée du diocèse de Ouahigouya au moins dans le cadre de ce projet...

Beaucoup de choses encore à répéter pour que tout se déroule comme il le faut, pour qu'en septembre on puisse clore le projet sans difficulté et retard.

ça fait bizarre de se dire que c'est la dernière fois que je verrais mes p'tits volontaires adorés : mes papas Jean-Baptiste, Jean-Gabriel, Dieudonné, mes tanties, mes "coépouses". Il ne va pas être aisés de les voir tous, car actuellement les travaux champêtres battent leur plein, et il m'a été difficile de contacter es paroisses et les volontaires, donc ce sera un peu la surprise.

Ce sera aussi la surprise de revoir ce paysage si vert (enfin j'espère), car la dernière mission remonte au mois chaud et sec d'avril!!

J'espère qu'aucune grosse pluie ne viendra agrémenter notre périple car nous n'empruntons que des pistes, avec des passages d'eau, et mes dernières expériences en la matière m'ont suffisamment marquées, et je n'ai pas été trop à l'aise (surtout la traversée du lac bam en septembre 2009), mais bon ça ajoute un côté aventure assez sympa...

Cette dernière mission marque aussi le début des vacances!!!

Oui, oui, saison des pluies oblige la plupart des ONG et associations ferment pendant le mois d'aout car impossibilité de se déplacer et surtout impossibilité de regrouper les gens pour faire des activités.

Donc, un p'tit mois bien sympa s'annonce, un peu de farniente, et des petites retrouvailles bien sympa au programme.

 

Repost 0
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 11:38

Beaucoup de gens n'ont pas la télé, ou même l'électricité et de toute façon il n'y a pas trop de film à la télé. Pour pallier à ça, les vidéo clubs pullulent dans les villes et village.

Pour un prix modique vous suivez un film soit sur une grande télé, parfois sur un écran, assis sur des gradins en bois, ou des chaises ou même à terre, les jours d'affluence...

 

Au programme ce soir, faites votre choix!

voyage-mariage-maman-flo-lundi-27-259.JPG

Repost 0
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 20:48

Je vais essayer d'exploiter un minimum les centaines de photos que Florent a fait lors de son séjour avec son super appareil photo!!

Cadeaux!!

ouaga-maman-florent-mariage-187-1.jpg

ouaga-maman-florent-mariage-185.jpg

Ces photos ont été prises sur un parking et non chez un concessionaire!!

Repost 0
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 11:21

Délectez-vous de cet article paru aujourd'hui dans le journal 'le pays'

RUMEURS MALSAINES SUR LES RESTAURATRICES : Il faut quitter dans ça !

Devinette : quel est le plus grand concurrent des organes de presse burkinabè ? Si vous me répondez "il paraît que c’est…", vous avez tous les points ! En effet, ce concurrent a plusieurs noms : "Radio cacan", "Dame rumeur", "On a dit que", "Ouaga la rumeur" "Affairage". "Il se murmure que" et bien d’autres formules caustiques que vous connaissez peut-être mieux que moi. Il y a des fois où, il faut le reconnaître, elles informent bien. Mais parfois, ce qui est peut-être plus récurrent, on les utilise à mauvais escient. Je m’intéresse plus particulièrement au secteur de la restauration où des restauratrices sont victimes de leurs effets dévastateurs.

En effet, une rumeur naît, grossit et circule que telle restauratrice, pour s’attirer de la clientèle, mélange sa nourriture de bouse de vache, de poudre de crâne d’ancêtres d’Homo sapiens, de liquide de cervelle de fou (si quelqu’un fait ça un jour, il aura le puissant Rassemblement des fous du Faso sur le dos). Et il y a bien d’autres rumeurs de ce genre incroyablement horrifiantes. Les Burkinabè facilement crédules, croient vite en cette rumeur, voient en la pauvre restauratrice un démon sorti de l’enfer et désertent son commerce qui s’écroule. Hé ! "Il faut quitter dans ça !" On ne peut pas croire aussi facilement en des choses sans chercher à en vérifier la véracité.

C’est vrai que nous sommes en Afrique et que les gens recourent facilement à des forces mystiques pour régler leur problème, par exemple sacrifier un mouton ou endeuiller un poulailler. Mais, de là à mélanger de la douche de fantôme à un repas, il y a une grosse fosse. Et puis, Etat, où es-tu ? Tu ne sais pas que c’est ta crédibilité qui est en jeu ? Parce que si tes services d’hygiène disent par exemple que telle restauratrice est excellente et vont jusqu’à lui délivrer un certificat de salubrité, c’est ta responsabilité qui est engagée quand on accuse ladite restauratrice de se livrer à des pratiques peu appétissantes. Tu dois donc te démener pour mener des enquêtes afin d’infirmer ou confirmer les rumeurs qui courent sur ces restauratrices.

En tout cas, Etat, réveille-toi et montre que c’est toi qui décide de qui doit être considéré comme restauratrice exemplaire ou pas. On ne peut pas laisser la bouche des gens gâter le "mangement" des autres aussi facilement. Quand une restauratrice tombe, c’est le taux de chômage qui augmente et de nombreuses personnes sont privées de leur pain quotidien. C’est aussi le volume des impôts et des taxes, donc des recettes pour le budget national, qui se dégonfle. Bref, il y a perte sur toute la ligne. "Il faut quitter dans ça !" Je n’en ai pas fini. Je veux m’adresser aux aigris et aigries qui s’érigent en usines de fabrication de fausses nouvelles, juste par jalousie et pour nuire à leur prochain. Par exemple, madame restauratrice X vend bien parce qu’elle est propre, traite ses clients avec respect et convivialité, sa nourriture est appétissante.

A côté, madame restauratrice Y a des problèmes pour écouler ses montagnes de riz et de benga parce que son restaurant qui ne paye pas de mine, est envahi par des régiments de mouches. Ses plats conjuguent au pluriel le verbe salir et elle-même se montre acariâtre envers ses clients comme un lait caillé délayé dans du jus de tamarin vieux de quinze jours. Madame Y n’est pas contente du succès de X. Alors, elle invente une rocambolesque histoire comme étant à l’origine de la réussite de sa concurrente. Tout cela parce qu’elle "a vu X ici, elle n’était rien" et qu’elle ne peut donc pas venir la "dépasser comme ça". Ou tout simplement parce que cette réussite "n’est pas claire". Mais dites-moi, pourquoi faut-il que nous voyions chaque fois dans le succès d’autrui la main du diable ?

Il y a Dieu aussi et il y a l’investissement, les sacrifices et efforts de la personne elle-même ! C’est tout ça qui va nous "tuer" dans le pays-là ! Je vous assure que ce n’est pas seulement dans la restauration qu’on trouve cette mentalité. Ils sont partout et nombreux, ces Burkinabè qui sont aigris devant la réussite de leurs prochains et font tout pour les pousser dans le même trou où ils nagent et refusent d’en sortir. La réussite n’est pas réservée à une catégorie de personnes. Tout le monde peut avoir du succès. Il suffit d’avoir l’endurance et de supporter les sacrifices nécessaires pour cela. Il n’y a aucun salut à passer des nuits blanches à réfléchir à comment nuire à son concurrent. S’il vous plaît, et encore une énième fois, "quittons dans ça !" Bon appétit à ceux qui sont à table !

Le Fou

 

 

Repost 0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 11:42

J'ai failli rater l'évènement!

La semaine dernière, le 5 juillet précisément, je passais le cap des 3 ans au Burkina!!

Je ne sais pas si je dirais que le temps passe vite, mais j'ai un peu de mal à réaliser que ça fait déjà trois ans...

Trois ans, sans jamais remettre un pied en France, près des siens, c'est pô facile tous les jours! c'est THE gros handicap dans cette aventure. Heureusement que certains ont (vont) franchir le cap!! Quand je rentrerais il y aura enfin des gens qui comprendront ce feeling que je peux avoir pour le Burkina!

Je ne sais pas si le moment de faire un bilan, mais pourquoi pas :

3 ans au Burkina c'est : (en vrac)

- 3 14 juillet chez l'ambassadeur (hihihi, sans ferrerro...), mais pas pour 2011 car ça tombe en semaine... tant pis

- 3 déménagements

- 4 boulots dont 2 en emploi local pour une ONG locale, un emploi locale pour une ONG française, et un très local pour un commerçant!

- comprendre assez bien le mooré mais le parler encore comme une quiche...

- être toujours appeler Nassara (le blanc) à tous les coins de rues, meme par ces petits voisins qui vous voient toutes la journées mais qui ne se lassent jamais!

- avoir découvert et maitriser toute une région du Burkina et quelques autres localités...

- s'être fait de bons/bonnes amies

- plein de rencontres avec des expatriés, routard et autres vacanciers.

- ne pas connaitre une température en dessous de 15°C

- connaitre les symptomes du palu, typhoide, parasites intestinaux (rares pour moi quand meme), de l'angine sous 45° (merci la clim)

- apprendre à se contenter de peu de choses, peu de confort, et compter beaucoup plus sur les relations humaines.

- apprendre la patience pour tous.

- s'être assis sur un crocodile

- se passer de fromage, de saucissons, de chocolats, de la bonne gastronomie de la France

- se faire une pizza en venant à Ouaga, le plaisir extrême!!

- avoir appris à rouler à "moto" sans casques et finalement bien aimé ça!

- aller à la piscine en plein soleil 10 mois sur 12.

- apprécier la pluie que l'on a pas vu pendant de long mois.

- se faire coudre des habits sur mesure pas cher, ou se faire faire des chaussures sur mesure.

- avoir l'impression d'être toujours en vacances : toujours beaucoup de choses à découvrir (coutumes, légendes, artisanats, paysage, faune et flore!!)

 

Bon la liste n'est pas exhaustive... peut être verrez vous des choses à ajouter...

 

Repost 0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 10:21

Euh quoi? j'ai déjà parlé de la saison des pluies? je parle trop de météo peut être? C'est que plus qu'ailleurs ici le temps est un acteur très important.

Après une longue saison sèche fraiche puis brulante, la saison des pluies s'installe doucement pour notre région mais s'installe quand meme.

Les petits signes de la saison des pluies en vrac :

- il fait moins chaud, bon c'est discutable mais on dira que le fond de l'air est respirable voire "frais"(tout est relatif) alors qu'en avril on étouffe.

- le ciel est couvert

- les 6 m sont déjà impraticable après quelques pluies

- les gens partent aux champs les matins, les dabas sont de sortie

- on élaguent les accacias pour qu'ils fassent de toutes nouvelles chicotes euhhhhhhh branches

- ce sont les vacances enfin presque. Officiellement cette semaine c'est la semaine des compositions, mais bien des écoles de brousses ont déjà finies. La preuve, les enseignants sont de retour en ville!!

- la période des arrosages à commencer!! les arrosages concernent les heureux détenteurs du CEP et du BEPC en attendant que ceux du BAC viennent s'ajouter.

- le linge met beaucoup plus de temps à sécher

- on ne peut plus prévoir à l'avance d'aller à la piscine, les pluies sont imprévisibles.

- il faut toujours avoir un petit chiffon sous sa selle de moto en cas de pluie, pour pouvoir essuyer la selle après la pluie pour monter sans auréoler son derrière...

- on ressort les chemises manches trois quart, les petites laines, les draps, mais aussi la moustiquaire.

- dans peu de temps on se remmettra a chauffer de l'eau pour se laver

- le frigo se reposera un peu car l'eau sera assez fraiche au robinet pour la boire directement...

 

Alors ça vous tente une petite saison des pluies??

Repost 0
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 14:30

Hier je vous parlais de la grande traversée qu'avait fait mon frère et ma mère pour arriver au Burkina. Mieux qu'un simple séjour de visite, de tourisme, ils venaient pour un évènement bien plus important et palpitant.

En effet, il y a une semaine jour pour jour, on était tous réuni avec la famille d'Adama et nos amis pour célébrer notre mariage...

Entre cérémonie à l'occidentale et moment plus traditionnelle, la journée a été palpitante!

LA cérémonie c'est déroulé à la mairie, suivit d'un "lunch" rapide (hein Florent) dans un restaurant, nous avons poursuivit la journée, chez ma témoin qui pour ce jour jouait le rôle de ma famille.

En général dans les mariages burkinabés, les invités passent de la famille du marié à celle de la mariée, et la famille de l'homme laisse la femme là bas pour revenir la chercher à la nuit.

C'est ce qu'on a reproduit à notre manière. Il y a eu fortes négociations, palabres, crises de rires. Enfin les principaux concernés que nous sommes n'avons pas pu prendre part à tous ça... Donc je ne pourrais pas vous en dire plus. Une fois les familles d'accord, la "nouvelle femme" peut rejoindre la famille de son mari pour rentrer. Mais il faut compter aussi sur les femmes de cette dernière famille qui elles aussi négocient l'entrée de la nouvelle femme...

Ce fut vraiment très sympa d'avoir pu vivre ces moments...

A travers ce message je voudrais à nouveau remercier tous ceux qui ont pris part de près ou de loin à cette journée par leur présence, leur pensée, leur contribution etc...

ouaga-maman-florent-mariage-358.jpg

Repost 0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 10:47

Non, mon blog n'est pas devenu un blog de cinéma... hihihi

La grande traversée fait allusion au long voyage qu'ont effectué ma maman et surtout mon grand frère pour qui c'était la première fois.

Maman avait déjà bravé l'altitude deux fois jusqu'au Burkina, mais Florent était plus reticent à monter dans le gros oiseau de fer.

J'ai cru qu'il aurait fallu comme pour Baracuda, une petite piqure pour ça, mais un autre évènement est venu pallier à ça pour le faire monter dans l'avion (suite au prochian épisode).

Ils ont donc braver 5h et quelques de voyage confinés dans un tube en métal, avec peu de compagnons de voyages, et surtout les turbulences de l'arrivée, saison des pluies et orage sur Ouaga oblige.

Leur arrivée sur le tarmac de l'aéroport fut chaleureux (hihihi), la température était élevée et le temps très lourd. Le temps que les formalités se fassent, l'orage a éclaté sur la ville, nous coinçant un peu à l'aéroport mais surtout en climatisant l'air en signe de bonne arrivée.

Repost 0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 12:03

Un programme du Burkina, va subventionné des familles pour qu'elles s'équipent en biodigesteur...

Qu'est ce que le biodigesteur me direz vous...

C'est bien simple : Le biodigesteur est une construction souterraine en maçonnerie destinée à recevoir un mélange de déjections animales (bœuf et porc) et d’eau. Ce mélange subi à l’intérieur du biodigesteur une fermentation qui génère du gaz. Le biogaz est un combustible capable de remplacer le pétrole, le bois de chauffe et le gaz butane pour la cuisson des aliments et l’éclairage. Ce sont plus de 10 000 familles qui pourront être subventionner pour installé ce principe chez elle à condition qu'elles aient au moins 3 têtes de bétails ou bien 6 porcs!

Les démonstrations faites à la télé, lors du lancement du programme la semaine dernière, semblent miraculeuses...

LEs femmes n'ont plus de corvées de bois, gagnent du temps pour la préparation du repas car elles n'ont plus besoin de passer du temps à allumer le foyer. Elles n'ont plus de besoin de payer le bois, ou le charbon, et les enfants bénéficient de lumière le soir pour étudier...

Enfin une idée de projet pérennes et franchement utiles (selon moi). On sensibilise les familles sur le parkage des animaux, pour éviter la divagation, afin qu'ils puissent alimenter le biodigestuer, et ceux ci font des économies. L'investissement de départ peur être un peu dur à fournir au début (Le coût d’un biodigesteur de 6 m3 varie entre 400 000 et 514 000 FCFA en fonction de la localité et des matériaux. Le PNB-BF alloue une subvention de 160 000 par biodigesteur. Le bénéficiaire contribue financièrement à hauteur de 190 000 FCFA et assure la mobilisation des agrégats et de la main d’œuvre non qualifiée représentant une contre-valeur de 100 000 à 140 000 FCFA.) mais l'économie à long terme est réelle.

Actuellement ce n'est qu'une région qui est visé, mais le reste du pays en profitera très prochainement!!

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 12:05

Hier midi, chez un de nos tontons, la télé parle de l'éclipse de lune qu'il y a eu la nuit précédente (et que j'ai royalement raté en dormant paisiblement dans la douce fraicheur des premiers jours de pluies).

Il nous demande si on a entendu du vacarme cette nuit là , car quand il était enfant, ils sortaient la nuit lors de ces éclipse pour faire peur au chat qui attrape la lune et pour qu'il la lâche...!!!!

Au journal de 20h, hier soir, on nous ressort la même histoire, montrant des gens dans les rues de Ouaga déguiser et munis d'un attirail bruyant...

Alors voilà ce qu'à donner le fruit de mes recherches sur cette histoire de chat... C'est sympa si j'avais sur je serais sortie la nuit moi aussi!!

"Le chat a attrapé la lune" :

Lorsqu'il y a une éclipse de lune on dit que "le chat a attrapé la lune". Alors pour détourner l'attention du chat afin qu'il lâche la lune, on fait toutes sortes de choses farfelues : on se déguise en femme si on est un homme ou vice versa, on tape sur des instruments de musiques qui n'en sont pas, tels que des couvercles, casseroles, bâtons, vieux bidons... Un cortège se forme, rejoint au fil des rues par les habitants sortant de leur cour et criant à l'unisson : "le chat attrape la lune, le chat attrape la lune! Chat, lâche la lune". Plus la lune disparait plus le vacarme augmente d'intensité.

Lorsque la lune commence à réapparaitre, de nouveaux cris s'élèvent du cortège : "le chat a lâché la lune, le chat a lâché la lune!" Ceci jusqu'à ce que la lune se présente a nouveau toute ronde. Alors le cortège se dissout et chacun rentre chez soi!

 

Repost 0